La presse AUCHAN


Retrouvez sur cette page les articles soulignant l'actualité chez Auchan.



04/07/2014

La famille Mulliez, première fortune de France, avec 38 milliards d’euros !

Les petits ruisseaux de la grande distribution ont fait la grande fortune des Mulliez. La puissante famille nordiste arrive en tête du classement des 100 Français les plus riches que vient de publier Capital.

 

Le magazine économique estime son portefeuille global garni de 37,88 milliards d’euros (+ 3,8 % par rapport au printemps 2013). En mars dernier, Auchan, principal fleuron de la famille, annonçait un EBITDA (qui mesure le résultat d’exploitation courant, hors charges et amortissements) en hausse de 3,8 % à 2,636 milliards d’euros.

Selon les auteurs de ce classement – parmi lesquels Benoît Boussemart, maître de conférences, docteur en économie et spécialiste du sujet – la seule fortune de Gérard Mulliez, fondateur d’Auchan, atteindrait 3,76 milliards d’euros. Olivier Leclercq, le président d’Oxylane (Decathlon) pèserait 1,76 milliard d’euros et le fondateur de Kiabi, Patrick Mulliez, 1,34 milliard d’euros. Les deux sœurs (Mariette et Francette) et le frère (Jean) de Gérard Mulliez représenteraient chacun 1,08 milliard d’euros.

La famille fondatrice d’Auchan, Decathlon ou Norauto distance ainsi Liliane Bettencourt (L’Oréal) dont le patrimoine est estimé à 23,03 milliards d’euros (+ 6,3 %). Né à Roubaix, le patron de LVMH, Bernard Arnault, serait à la tête de 19,69 milliards d’euros (+ 9,3 %). Sur les 100 fortunes qui apparaissent dans ce classement, 15 enregistrent une baisse par rapport à 2013.



11/04/2014

Une mobilisation solidaire d'ampleur à Auchan Petite-Forêt

Ce vendredi 11 avril 2014, une journée de soutien à deux salariés licenciés était organisée sur le magasin de Petite-Forêt. L'occasion de lever les clivages syndicaux pour laisser place à une solidarité massive des salariés du magasin.

 

"Il n'est de richesses que d'hommes", cette maxime souvent citée par le fondateur de l'entreprise Gérard Mulliez résonne désormais comme un lointain souvenir.

 

Plus qu'une manifestation syndicale, c'est une mobilisation des salariés du magasin de Petite-Forêt qu'ont pu constaté les clients présents ce jour.

 

Au travers de différents rassemblements à l'extérieur du magasin puis aux abords des caisses, plusieurs centaines de salariés ont marqué leur indignation à l'égard de la décision de la Direction.

 

Rappel des faits

 

Le soir du jeudi 6 mars, deux jeunes clients d’Auchan Petite-Forêt sont signalés par une hôtesse de caisse. Ils apparaissent énervés, peut-être en état d’ivresse ainsi qu’en possession d’une bouteille de vodka qu’ils ne veulent pas payer. Deux agents de sécurité, salariés d’Auchan, interviennent. Les agents sont ensuite insultés, molestés... Bousculades, empoignades et gifles sont ensuite échangées.

C’est ce qui est reproché aux deux salariés qui viennent d'être licenciés pour faute grave, ce qui veut dire qu’il s’agit d’un licenciement sec, sans indemnités.

 

« Les deux clients n’ont pourtant pas porté plainte !, s’offusquent Pascale Urbaniak, déléguée syndicale FO, et Michaël Borowski, délégué du personnel FO. Ils ont même payé la bouteille de vodka, à la fin ! Un client a écrit à la direction pour leur dire que, même si on ne le voit pas sur les enregistrements vidéos, les agents de sécurité ont été insultés, bousculés, et qu’on leur a craché dessus, mais la direction n’a rien voulu savoir ! »

Les entretiens entre salariés, syndicats et direction, jusqu’à ce début de semaine, n’y ont rien changé : « On nous a dit que la décision était ferme et définitive. Et qu’ils avaient pris le temps pour prendre leur décision, parce qu’elle était importante. Mais ils n’ont écouté ni l’hôtesse de caisse, ni les trois vigiles de l’autre entreprise, ni le client qui leur avait écrit ! »

 

Des clients qui ne comprennent pas

 

De nombreux clients ont apporté leur soutien aux salariés présents aujourd'hui dans le cortège. Que ce soit près des caisses ou sur les routes d'accès menant au magasin, beaucoup ont signé la pétition de soutien.

Un client a même pris la parole pour déclarer haut et fort : "cette situation est inacceptable. En tant que client, si la Direction ne revient pas sur sa position, je ne fréquenterai plus Auchan car je ne me sentirai plus en sécurité."

 

et des salariés abattus

 

"Je n'ai jamais fait grève ! mais là je ne me suis pas posé de question, je suis révolté" souligne un salarié.

Parmi les centaines de salariés, bien sûr des représentants du personnel mais surtout des collègues, des "copains" qui ne comprennent pas un tel acharnement. "pas eux ! des mecs en or qui font le boulot comme personne !" ajoute un salarié du magasin.

 

Les temps forts de la journée

 

Tout a commencé dès minuit sur le magasin lorsque les premières équipes sont arrivées. La Direction, avertie du mouvement avait anticipé en déployant les effectifs nécessaires pour assurer l'ouverture du magasin.

 

Dès 8H30 le cortège s'est engouffré dans la galerie commerciale pour prendre place derrière les caisses du magasin. Les premiers clients furent ainsi informés puis sollicités pour apporter leur soutien via la pétition.

 

Plus tard dans la matinée, deux cortèges se sont dirigés vers les accès routiers stratégiques. L'encombrement ne tarda pas avec des premières répercussions sur les bretelles autoroutières. Les automobilistes furent invités à leur tour à soutenir le mouvement s'ils le souhaitaient.

Face à une intervention imminente des forces de police pour libérer un rond-point, le cortège s'est reformé en direction du magasin.

De nouveau positionnés en arrière-caisses, les salariés ont vivement scandé des slogans réclamant la réintégration des salariés. En début d'après-midi, la Direction du magasin acceptait de recevoir une délégation tout en précisant qu'elle ne reviendrait pas sur sa décision. Il est dès lors apparu inutile de provoquer cette rencontre.

La question se posait donc de stopper ou de continuer le mouvement. À l'unanimité des salariés présents, la décision a été prise à main levée de continuer la mobilisation.

Vers 13H00, un nouveau rond-point d'accès au centre commercial était perturbé.

 

Malheureusement, un accident est venu entâcher la manifestation de soutien. Une salariée a été percutée par une automobiliste qui visiblement aurait voulu forcer le passage. Nous lui adressons tout notre soutien et lui souhaitons de recouvrir rapidement une pleine santé.

 

Devant la position ferme de la Direction et quelque peu chamboulée suite à l'accident d'une collègue, l'assemblée des salariés a été invitée à se prononcer sur la suite du mouvement : arrêt de la mobilisation ou arrêt pour aujourd'hui mais ok pour une reconduction ultérieure suivant des modalités restant à définir.

Cette deuxième option a été actée à l'unanimité. Le cortège s'est alors dissout progressivement.

 

D'autres actions sont en cours de préparation et seront prochainement annoncées par l'équipe FO présente sur le magasin.

 

Les deux salariés concernés, Jean-Paul et Jean-Michel, remercient les nombreuses personnes présentes aujourd'hui. Cette démonstration de solidarité démontre que ce mot est porteur de sens pour les salariés d'une Direction qui, aujourd'hui, reste sur une position vivement contestée par les femmes et les hommes qui portent l'entreprise.

 

à suivre...

 

Recevez nos informations règulières en nous laissant votre adresse mail dans le champs "Newsletter" prévu à droite en bas du sommaire.   ----->

 

 

Ci-dessous des photos de la journée, volontairement floutées pour assurer la protection du droit à l'image des intervenants.



19/02/2014

FO Auchan ne signera pas les NAO 2014

Le 18 février, 80 délégués FO Auchan se sont réunis en Assemblée Générale à Paris. À cette occasion, ils ont fait le point sur l'actualité Auchan et pris leur décision sur l'accord d'intéressement et les NAO.

 

Après avoir voté à l'unanimité la non signature de l'accord d'intéressement, les délégués ont choisi de ne pas accepter la proposition de la direction sur les NAO. Avec des bénéfices encore au rendez-vous et la perception de 40 millions d'euros de CICE, ils ont jugé inacceptable l'augmentation proposée et vont soumettre prochainement une contre-proposition par l'intermédiaire de leur délégué syndical central Pascal Saeyvoet. Fidèle au principe FO de défense du pouvoir d'achat, FO Auchan continuera de défendre la fiche de paie des salariés.

 

Notons que grâce au CICE touché par l'entreprise et forte d'une pirouette financière pour intégrer les 40 millions d'euros sur la fin d'année, la Direction Auchan va parvenir à verser une prime de progrès trimestrielle correcte à l'ensemble des salariés. Une prime évidemment bienvenue mais qui reste à nouveau conditionnée à un événement exceptionnel (cf taxe d'équarissage l'an dernier).

 



15/10/2013

Vaucluse : le groupe Auchan veut construire... une ville

AVIGNON LE PONTET

Au-delà de l'extension de sa galerie marchande, le groupe veut construire un quartier, avec 850 logements et un parc d'entreprises. Un projet dont Auchan fait en ce moment la promotion auprès de ses clients.

 

7000 m2 de surface commerciale supplémentaire, 28 nouvelles boutiques, une moyenne surface spécialisée de 1 140 m2 sur deux niveaux, trois espaces de restauration, une conciergerie... Le projet d'extension de la galerie marchande d'Auchan Le Pontet Avignon Nord a obtenu l'aval de la commission départementale d'aménagement commercial début juillet. La Ville ayant fait appel de cette décision, c'est prochainement aux instances nationales de cette commission de se prononcer. Mais le projet de la société Immochan (en charge de l'aménagement des zones commerciales) va bien au-delà de l'extension de la galerie marchande.

 

C'est en effet tout un quartier qui se dessine à l'horizon 2020. À l'ouest de la zone commerciale actuelle, sur le secteur du Panisset (derrière les Moulins de Paris) un parc tertiaire accueillant 10 000 m2 de bureaux ainsi que 850 logements sortiront de terre, le Grand Avignon étant en charge de l'aménagement de la voirie. À l'ouest de la zone existante, c'est une zone d'activités d'entreprise qui sera créée à l'entrée de Sorgues. Le tout devant former un véritable quartier mêlant du logement et des activités donc de l'emploi.

 

Stratégie de concertation

 

Pour expliquer ce vaste projet et tenter de déjouer les procès d'intention, Immochan a mis en place toute une stratégie de "concertation". À diverses entrées de la galerie marchande, un panneau démêle, sous forme de quiz, le vrai et le faux sur les idées reçues : Avignon Nord est-elle la plus grande zone commerciale d'Europe ? Le projet comprend-il des commerçants locaux ? La création d'emplois dans la zone commerciale détruit-elle les emplois en centre-ville ?... "Il s'agit de répondre aux questions implicites que se posent les clients", explique Sara Sheriff, responsable montage d'opération à Immochan.

 

La société immobilière d'Auchan via un cabinet privé a également mis en place des groupes de clients bénévoles qui ont accepté de se mettre autour de la table pour donner leur opinion au projet global de la zone. Durant trois jours, mi-septembre, ils ont pu s'exprimer. "On est en train de faire la synthèse de ces rencontres" ajoute la responsable de projet. Enfin pour étendre la "concertation", Immochan envisage d'organiser une réunion publique mi-novembre où les acteurs intéressés au projet (commerçants, habitants, élus...) sont conviés afin de donner leur avis.


09/07/2013

Arnaud Mulliez monte au créneau sur le drive

Arnaud Mulliez, Président d'Auchan France, a publié une tribune dans Les Echos ce mardi 9 juillet pour dire son inquiétude quant aux perspectives de régulation des drives.

 

Il voit planer une double menace sur ce circuit de distribution : un encadrement qu'il estime infondé dans les règles usuelles d'urbanisme commercial et la soumission à une taxe qu'il considère comme injuste.

Sur la nécessité d'intégrer le drive dans le droit sur l'urbanisme commercial, Arnaud Mulliez conteste l'impact sur le trafic routier et les nouveaux risques d'engorgements près des points de retrait.

"Une simple étude attentive des flux de transport montre que les "drives" permettent au contraire une optimisation des déplacements, puisque la plupart des collectes se font sur un axe domicile-travail et ne correspondent pas à un trajet spécifique", écrit le président d'Auchan France.

Sans être systématiquement valable, l'argument fait sens. On imagine mal cependant qu'il pourra faire fléchir le législateur, puisque de toute façon chaque projet serait examiné au cas par cas.

 

L'autre point de contestation, lui, ouvre davantage au débat. "Soumettre le "drive" au droit de l'urbanisme commercial, c'est lui promettre la taxe sur les surfaces commerciales (Tascom)", s'alarme le distributeur.

Autant il peut paraître logique de soumettre les drives à la Tascom si on considère leur vocation similaire à celle des supers ou des hypermarchés, autant elle devient discriminante si on compare le drive à d'autres circuits de vente en ligne.

"Si les "drives" doivent un jour s'acquitter de la Tascom, alors même qu'ils ne sont pas des surfaces commerciales, quid des entrepôts des autres acteurs de l'Internet, qui continueront à n'être soumis à aucune taxe ?", interroge Arnaud Mulliez.

 

Le distributeur évoque ainsi, sans le nommer directement, Amazon : "nous avons déjà laissé entrer le loup dans la bergerie, évitons d'aller plus loin en lui offrant, en guise de dîner, ses concurrents sur un plateau".

Pour donner plus de poids à ses arguments, outre un couplet sur l'excès de réglementation en France (qui flattera davantage les oreilles des entrepreneurs que celles des parlementaires), Arnaud Mulliez évoque les créations d'emplois de ce secteur en expansion. Le groupe Auchan à lui seul a créé 5 300 postes dédiés au drive, dont près de 1 500 l'an dernier.

Le distributeur estime que le chiffre d'affaires du drive, toutes enseignes confondues, représentait 1,8 milliard d'euros début 2013 et qu'il pourrait se monter à 6 milliards en 2015.


16/05/2013

Drame de Dacca - no comment...

Auchan était il client de l'usine effondrée au Bangladesh qui a fait 1127 morts ?

Selon Le Parisien et BFM TV, des vêtements de trois groupes français (Carrefour, Camaïeu et Auchan) pourraient avoir été fabriqués dans l'usine textile qui s'est effondrée au Bangladesh, faisant 1 127 morts. 

 

Dans les décombres, des étiquettes "In extenso" (marque textile d'Auchan), des vêtements Camaïeu, des patrons... Ils ont été retrouvés et filmés par une équipe de BFM TV qui tournait un reportage suite à l'effondrement le 24 avril d'un immeuble située dans la banlieue de Dacca au Bangladesh où travaillaient plus de 3.000 ouvriers du textile, et qui a tué 1.127 personnes.
Un drame qui a mis en lumière les conditions de travail dangereuses chez ses sous-traitants à bas coup. "Ces entreprises savaient que les usines au Bangladesh étaient des pièges mortels pour les miliers d'ouvriers et d'ouvrières qui y travaillaient", estime sur BFM TV Fanny Gallois, membre de l'ONG "Peuples solidaires". Voici le reportage tourné par BFM TV.

 

Retrouver des étiquettes ou des vêtements marqués Auchan ou Camaïeu signifie-t-il forcément que ces enseignes faisaient fabriquer dans ces usines ?

 Le Parisien évoque l'hypothèse selon laquelle les trois groupes ignoraient peut-être, par le jeu des multiples sous-traitances, avoir eu recours aux ouvriers de cette usine. Le Bangladesh est le deuxième exportateur au monde de vêtements. les salaires y sont très bas et la main d'oeuvre abondante. 
Auchan, de son côté, affirme avoir commencé une enquête tout en affirmant que "les usines qui travaillaient dans cet immeuble ne font pas partie de la liste de [leurs] fournisseurs".
"Ces entreprises ont mis la pression à leurs fournisseurs. C'est une forme de complicité. Elles sont responsables et complices", assène Fanny Gallois, de l'ONG "Peuples solidaires. 

"La responsabilité des marques est engagée" affirme Nayla Ajaltouni, la coordinatrice du collectif Ethique sur l'étiquette, dans Le Parisien de ce mercredi. Pourtant, interrogées par 20 Minutes, Auchan se défend:

Selon l'enseigne, les investigations sont relancées à la suite de découvertes par des ONG le 13 mai dernier d’étiquettes dans les décombres. A ce jour, le porte-parole le rappelle : "Nous n’avons procédé à aucune commande dans cette usine, ni directement ni via nos fournisseurs locaux."

 

1127 morts

L'effondrement de cet immeuble, le 24 avril, est le pire accident industriel au Bangladesh. Au moins 1127 personnes sont mortes, 2 400 personnes ont été retirées vivantes des décombres, mais un millier ont subi des blessures graves, dont des amputations de membres. 

 


03/05/2013

Auchan investit 500 millions de dollars au Vietnam

Le groupe Auchan a décidé d’investir 500 millions de dollars au Vietnam durant les 10 prochaines années, a annoncé le directeur de gestion du groupe Auchan, Philippe Longuet, cité par le journal en ligne Vnexpress.


Philippe Longuet a, lors de sa récente rencontre de travail avec le vice-ministre du Plan et de l’Investissement, Dang Huy Dông, indiqué qu’Auchan commercialisera au Vietnam non seulement des produits étrangers mais aussi vietnamiens.
L’année dernière, les ventes au détail de biens et de services au Vietnam ont atteint plus de 2,3 millions de milliards de dôngs pour une croissance annuelle de 16%.

 

Contactée à ce sujet par la presse spécialisée, la direction d’Auchan n’a pas souhaité commenter cette information.


05/04/2013

60 hypermarchés en Inde pour Auchan

Les dirigeants d'Auchan ont annoncé cette semaine au gouvernement indien leur ambition d'ouvrir une soixantaine d'hypermarchés dans le pays.


C'est le ministre indien du commerce et de l'industrie qui l'a révélé, rapporte le journal The Economic Times, cité par Planet Retail.

Vianney Mulliez en personne, le président du groupe Auchan, se serait montré "très enthousiaste" vis-à-vis des perspectives de développement sur le marché indien.

Auchan compte déjà 13 hypermarchés en Inde, gérés en franchise par son partenaire local Max Hypermarkets. Dans un entretien accordé à Linéaires (novembre 2012), le directeur général de Max Hypermarkets avait détaillé un plan de déploiement prévoyant 8 à 10 ouvertures d'hypers Auchan chaque année en Inde.

Concernant l'objectif des 60 hypers annoncé cette semaine, Auchan n'a pas précisé si les ouvertures étaient prévues en franchise ou en propre. La réglementation indienne, assouplie, autorise en effet désormais les distributeurs étrangers à détenir des participations majoritaires dans des entreprises locales.

 


09/03/2013

Arcimbo, le nouveau concept frais d’Auchan

C’est l’événement de ce début d’année pour l’enseigne de la famille Mulliez. Depuis le 28 février, le nouveau concept Arcimbo est en cours de test à Villeparisis. L’idée? Un magasin de produits frais, des fruits et légumes, à la boucherie, en passant par la crèmerie, installé à deux pas d’un Auchan Drive. Le but étant de palier les faibles ventes en produits frais du format drive.

 

Derrière sa grande façade en verre, Arcimbo est d’abord une réussite esthétique. La lumière naturelle prévaut, et les arrangements de fruits et légumes sont organisés avec soin par formes, par couleurs… Ensuite, les assortiments grimpent vite en gamme. Les MDD Auchan sont relativement rares, et les marques comme Michel & Augustin, Bonne Maman et Saint Michel ont la place pour exprimer une grande part de leur gamme.

Coca-Cola et Nutella bannis des rayons

"Les 4B", explique le prospectus spécial ouverture, sont la clé du concept: Bon, Beau, Bien, et Bienveillant. Pas forcément écolo, pas forcément bio, mais sain et de qualité. Ainsi, les produits contenant de l’huile de palme, de l’aspartame ou de l’huile hyrdogénée sont bannis des rayons. Par conséquent, il n’y ni Coca-Cola, ni Nutella chez Arcimbo. Un message dans l’air du temps, même si sa cohérence n’est pas toujours évidente. Arcimbo s’enorgueilli en rayon de ne pas vendre de fraises hors saisons, alors que, juste à côté, la majorité des agrumes ou des fruits exotiques viennent de loin.

 


30/01/2013

Visite de Jean-Claude MAILLY sur le magasin AUCHAN Le Pontet

Le 15 janvier 2013, Jean-Claude Mailly, Secrétaire Général FO est venu en visite auprès de l’équipe FO AUCHAN le Pontet.

Stéphane CASTALDI, Délégué Syndical FO sur le magasin nous rappelle le déroulement de la journée :


« Nous lui avons organisé une rencontre avec notre bureau syndical, ainsi qu’une visite du magasin, des réserves et du drive ainsi que des rencontres avec des salariés pour qu’il puisse directement se rendre compte du travail dans la grande distribution et plus particulièrement chez Auchan. »


Des salariés de tous métiers ont été rencontrés : hôtesse de caisses, agent de sécurité, gestionnaire de rayon, employée d’emballage boulangerie, employé qualifié libre service, responsable drive, réceptionnaire logistique, vendeur équipement maison…

« Bien qu’un peu intimidés tous ont bien voulu s’exprimer sans aucune crainte car la Direction a laissé librement circuler la délégation FO dans l’ensemble du magasin et nous la remercions encore une fois pour cela. » ajoute Stéphane Castaldi.

« Jean Claude Mailly a pu se rendre compte de la réalité du projet efficacité opérationnelle et de ce que l’on appelle chez Auchan les opérations dites « commando ». Il s’agit de prendre des employés de différents rayons pour aller remplir un rayon ou un salarié est absent. Conséquence, le rayon ou les salariés s’absentent pour cette opération n’est que partiellement rempli et ensuite ils doivent courir pour remplir leur propre rayon. »


Ne vaut-il pas mieux tout simplement embaucher et remplacer les absences des salariés ? Tout cela nous démontre bien qu’aujourd’hui la flexibilité existe déjà. Stéphane Castaldi ajoute même que « chez nous à Auchan, FO appelle cela du toyotisme (travail à la chaine sans interruption afin d’optimiser le temps de travail donc les coûts) ! »

 

La visite s’est terminée par une rencontre avec la Direction Auchan au cours de laquelle divers sujets ont était évoqués dont surtout l’économique et les résultats.

Bravo à l’équipe FO du magasin d’Auchan Le Pontet pour leur travail quotidien au service des salariés de l’enseigne.


N’hésitez pas à consulter leur site internet, riche d’informations locales pour les salariés du magasin ainsi que de l’information nationale utile à tous.

 


30/11/2012

Extension majeure de l'empire Auchan

Auchan officialise le rachat des hypermarchés de Metro en Europe de l'Est

Avec cette opération, AUCHAN double le nombre de ses hypermarchés dans la zone.

 

Le groupe Auchan a signé un accord avec le distributeur allemand Metro portant sur la cession des activités de Real, son enseigne d'hypermarchés, en Europe centrale et de l'Est. Le montant de cette cession est précisément de 1,1 milliard d'euros. Dans le communiqué que les deux sociétés viennent de publier, il est précisé que Auchan reprendra « les activités opérationnelles et les actifs immobiliers correspondants des filiales de Metro en Pologne, en Roumanie, en Russie et en Ukraine ». L'opération, qui requiert encore l'approbation des autorités compétentes de la concurrence de chaque pays concerné et sera, sous cette réserve finalisée en 2013, porte également sur 13 galeries commerciales en Russie et en Roumanie.

A l'avenir, les 91 hypermarchés Real concernés, qui ont réalisé 2,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2011 et emploie 20.000 personnes, porteront l'enseigne Auchan. Vianney Mulliez, président du conseil d'administration du groupe Auchan estime que son entreprise, qui compte déjà 98 hypermarchés et plus de 65 000 collaborateurs dans ces 4 pays, « saisit l'opportunité d'équilibrer sa présence en Europe centrale et de l'Est, par rapport à ses deux autres zones de développement prioritaire que sont l'Europe occidentale et l'Asie. » « Avec Auchan, nous avons trouvé l'acquéreur le plus adapté pour la reprise des activités de Real en Europe centrale et de l'Est : Auchan offre de bonnes perspectives de développement aux collaborateurs et aux activités de Real Eastern Europe» a précisé, de son côté, Olaf Koch, président du comité de direction de Metro.


12/09/2012

Gérard Mulliez : "Je n'habite pas en Belgique"

Entretien exclusif avec le fondateur d'Auchan. Ce mardi 11 septembre 2012, il explique aux journalistes de France 3 pourquoi il a choisi de rester en France.

 

Discret, secret... Le fondateur d'AuchanGérard Mulliez, est très rare dans les médias. En pleine polémique sur la demande de Bernard Arnault de la nationalité belge, il s'adresse aux journalistes de France 3. Que pense celui qui, avec sa famille, possède la 2ème fortune de France, de cette polémique ? Pourquoi a-t-il a choisi de rester habiter à Croix, dans la métropole lilloise? Pourquoi d'autres membres de sa famille ont fait un autre choix ?

 

Des questions auxquelles Gérard Mulliez a accepté de répondre. Ou presque... comme vous allez le voir, à condition de maîtriser au maximum sa parole et de connaître les question à l'avance (et l'intervention de la Directrice de la communication pour une question imprévue). Pas de coupes, pas de questions sur le souhait de taxer les "plus riches" à 75 %.  Pas de question sur son homologue roubaisien Bernard Arnault.

Voic l'intégralité de l'entretien avec Gérard Mulliez.

 


31/08/2012

Carburants : Auchan ne baisse que de 4 centimes.

Auchan annonce à son tour le prix de ses carburants révisés: 4 centimes de moins dont 3 à la charge de l'état. Le soufflé est vite retombé.

 

L'enseigne de grande distribution a baissé le prix de ses carburants à la pompe de 4 centimes d'euros par litre en moyenne, dont 3 sont à la charge de l'Etat, a indiqué jeudi Vincent Mignot, directeur général d'Auchan France. "On répercute bien évidemment la baisse de 3 centimes du gouvernement", a-t-il expliqué lors d'une conférence téléphonique en marge de la présentation des résultats d'Auchan. Mais, ajoute-t-il, "j'ai pris l'option de maintenir la marge nette (d'Auchan) à 1 centime maximum par litre pendant trois mois". Cela se traduit "concrètement par une baisse à la pompe d'environ 1 centime d'euro supplémentaire par litre suivant les magasins".

 

Une baisse souvent limitée à 3 centimes

L'Etat a baissé mercredi la taxe sur les carburants (TICPE) de 3 centimes par litre et demandé aux industriels un coup de pouce supplémentaire de jusqu'à 3 centimes, en fonction de leurs possibilités. Total a diminué ses tarifs de 5 à 6 centimes, Carrefour de 3 à 6 centimes, et Leclerc, de 4 à 6 centimes au total. Ces diminutions incluent la baisse de 3 centimes de la TICPE.

Mais certaines stations-service dont les marges sont trop restreintes se contentent d'appliquer la baisse de taxe de 3 centimes décidée par l'Etat, sans le coup de pouce supplémentaire de 1 à 3 centimes que le gouvernement a demandé au secteur. Toutes enseignes confondues, la grande distribution réalise environ 60 % des ventes de carburant dans l'Hexagone, loin devant les réseaux des compagnies pétrolières (30%) et les détaillants indépendants (10%).

 


29/08/2012

Auchan fait ses premiers pas en Inde

Auchan a signé un accord de franchise avec le distributeur indien Max Hypermarket, lui permettant de faire ses premiers pas en Inde. Max et Auchan indiquent prévoir d'ouvrir de 12 à 15 nouveaux points de vente par an dans le pays. 


09/08/2012

Auchan ouvre son centre commercial 3D Aushopping

Auchan travaille depuis plusieurs années sur la finalisation d’un projet ambitieux. Si le module 3D était déjà en test, le portail est maintenant ouvert au grand public depuis le mois dernier.

Aushopping est donc un portail marchand complet proposant à la fois une dimension sociale et un environnement 3D

Un grand nombre de produits sont bien évidemment disponibles à la vente, ce portail bénéficiant des filières marchandes du groupe Auchan. Par contre, l’environnement 3D n’est pas en reste, car de nombreuses enseignes sont déjà présentes : Auchan, Boulanger, Castorama, La Poste ou Banque Accord… La partie 3D est toujours en bêta, ainsi les fonctionnalités et le nombre vont augmenter au fil des mois.

Tout commence donc par l’inscription sur le portail et l’installation du viewer (un fichier de 17 Mo). Après ça, votre avatar peut enfin fouler les allées virtuelles de la galerie marchande.

 

 

L’accueil des avatars se fait sur une place centrale avec une petite dizaine de boutiques, la galerie marchande sera donc organisée en multiples hubs connectés les uns aux autres par des passerelles. Comme précisé, les fonctionnalités sont assez classiques : tchat, personnalisation de votre avatar… Les déplacements se font avec les flèches du clavier et on se retrouve assez rapidement à visiter les premières boutiques dont par exemple


la banque :

L’espace au sein de cette banque n’est pas très grand, mais les comptoirs sont là pour faciliter le repérage entre les différents services. Des robots sont là pour vous renseigner à l’aide de dialogues pré-enregistrés. Il devrait bientôt y avoir une possibilité de prendre RDV pour dialoguer avec un vrai conseiller (ou du moins son avatar).

 

La boutique Hifi est ainsi organisée à peu près de la même façon :

La consultation des produits se fait au travers d’une interface avec des fiches produit simplifiées.

La question que l'on peut se poser est de savoir quelle est l’utilité de cette galerie en 2012:

L’important pour Auchan n’est pas de générer des bénéfices avec sa galerie marchande virtuelle, mais plutôt d’acquérir de l’expérience sur le processus de vente dans un environnement 3D. Vous regardez peut-être cela d’un air perplexe, mais il est probable que les mentalités vont changer quand Apple sortira sa nouvelle TV. Comme à chaque fois que Apple lance une innovation disruptive, les concurrents mettent plusieurs années à rattraper leur retard. Avec Aushopping, Auchan aura certainement beaucoup moins de retard que les autres.

 

http://www.aushopping.com/


27/07/2012

La filière bancaire du groupe Auchan emménagera à Croix dès l'été 2014

Le 26 juin, la clinique du Parc de Croix terminait son déménagement vers le nouvel hôpital privé construit par Générale de Santé à Villeneuve-d'Ascq. Et, dès le 1er août, les travaux débuteront pour accueillir, à l'été 2014, à Croix, le siège de Oney banque Accord, filiale d'Auchan qui a racheté le site.


05/06/2012

Dix ans après son arrivée, Auchan poursuit sa conquête de la Russie.

L'enseigne élargit son offre à l'électroménager sur Internet. Au cours des quatre dernières années, la valeur de l'enseigne en Russie aurait doublé.

Les Russes sont séduits par Auchan, qui du coup fourmille de projets dans le pays. L'enseigne, qui vient d'ouvrir son cinquantième hypermarché et fête ses dix ans de présence en Russie, a décidé de se faire une place au soleil sur le segment de l'électroménager et de l'électronique grand public. "Le nouveau format sera lancé cet été", a précisé le directeur général d'Auchan pour la Russie, Jean-Pierre Germain, précisant qu'il s'agira d'un magasin sur Internet.

Le projet se trouve actuellement en phase de test. Aucune information n'a été communiquée sur les investissements mais un entrepreneur du secteur de la distribution estime l'investissement autour de trois millions de dollars. La famille Mulliez, qui possède le groupe Auchan, va sans doute s'inspirer de la chaîne Boulanger, qu'elle possède également. Groupe Auchan S.A. a acquis les domaines ediscont.ru et e-discont.ru (pour Discount en russe), qui pourrait devenir le site du magasin en ligne. Ce n'est pas le premier essai d'Auchan sur la toile. En 2010, l'enseigne a commencé à proposer des meubles d'intérieur et de jardin. Actuellement, le site auchan.ru propose 1.400 articles. Une boutique en ligne distribue également des vins, spiritueux et cigares aux particuliers soue le nom "Château Chanot", mais ce projet n'a pas encore atteint le seuil de rentabilité.

 

Vers un report d'un Auchan drive russe ?

Quant au format Auchan drive, qui devait en principe être lancé cette année en Russie, le projet semble être au point mort. Jean-Pierre Germain révèle que le groupe n'a pour l'instant pas trouvé d'emplacement adéquat. Le déficit généralisé d'infrastructures routières adéquates, la cherté de l'immobilier commercial dans les centres urbains et la bureaucratie sont les freins traditionnels au développement de la grande distribution en Russie. Pour contourner ces problèmes tout en restant en prise avec la croissance de la consommation des ménages, Auchan poursuit ses expérimentations sur Internet. Ce segment se développe très rapidement en Russie malgré la pénétration encore très faible du paiement en ligne.

Pour percer parmi le foisonnement des sites, Auchan dispose d'un avantage conséquent : la reconnaissance de sa marque à travers tous les grands centres urbains du pays. Selon l'agence InfoLine et le magazine Retailer, Auchan occupe la position de leader sur le segment des hypermarchés en Russie et la troisième place dans la distribution alimentaire, derrière les groupes russes X5 Retail Group et Magnit.

Sur l'exercice 2011, Auchan a réalisé au total un bénéfice net de 810 millions d'euros qui a augmenté trois fois plus (15 %) que le chiffre d'affaires (44,37 milliards d'euros), qui a cru de 4,4 %. La croissance du groupe a été "largement tirée par les pays ouverts ces dernières années, en particulier la Russie et la Chine", avait souligné en mars dernier lors de la présentation des résultats 2011, le président du conseil d'administration, Vianney Mulliez. Se basant sur un "audit indépendant", Jean-Pierre Germain affirme que la valeur des actions d'Auchan a augmenté de 16 % l'année dernière et a doublé depuis 2008. 

Source : www.latribune.fr


16/05/2012

Ile-de-France : le gigantesque projet d'Auchan bute sur un écolo.

Auchan veut construire à Gonesse, à côté de Roissy, un gigantesque complexe touristico-commercialo-culturel, Europa City. Coût : 1,7 milliard. Bénéfice espéré: près de 20 000 emplois. Mais le projet, béni par tous les élus du Val d'Oise et par le Grand Paris est en train de tomber sur un os avec une association écolo qui refuse de laisser partir 80 hectares de terre à blé.


Le choc va être brutal. Brutal, inégal mais politiquement passionnant. D'un côté Bernard Loup, retraité de l'éducation nationale, président de Val d'Oise environnement et animateur du collectif du triangle de Gonesse qui lutte contre l'urbanisation des terres agricoles. De l'autre Vianney Mulliez, président du groupe Auchan dont la filiale immobilière Immochan a la ferme intention d'investir 1,7 milliard d'euros dans ce même triangle de Gonesse pour y construire Europa City. Une jolie fable écologique «Le ptit loup contre le grand méchant Auchan» ? Rien de moins juste et le choc politique, prévu à l'automne 2012 lors de la discussion du nouveau Schéma Directeur de l'Ile de France, devrait logiquement se transformer en clash politique.

 

Accord politique général pour urbaniser ...

Pour l'instant le dossier Immochan Europa City est, techniquement et juridiquement, inattaquable. Le triangle de Gonesse a en effet été déclaré depuis 2008 zone urbanisable par le Conseil régional. Les élus Verts l'ont voté, même si aujourd'hui certains d'entre eux regrettent et voudraient tout reprendre à zéro. Jean Paul Huchon qui, en plus d'être président du conseil régional, est également président de l'Etablissement public d'aménagement (EPA) de la Plaine de France qui gère le triangle a d'ailleurs longtemps pensé y mettre une Technopole.

 

... mais pas avec Auchan

Puis Auchan est arrivé, et début 2009 a commencé à prendre des contacts informels avec Jean Paul Huchon, mais aussi Christian Blanc, secrétaire d'Etat au Grand Paris et Claude Guéant, à l'époque secrétaire général de l'Elysée. L'idée de Vianney Mulliez était séduisante : pour lui, le modèle traditionnel du centre commercial tel qu'Auchan peut encore le développer en France, en Russie ou en Chine, allait devenir obsolète très rapidement en Europe. La logique d'attractivité est en train de changer : faire les courses ennuie, prend du temps, internet change la donne. La famille Mulliez commence à concevoir un lieu ou les gens ne viendront plus « faire les courses », mais vivre une expérience culturelle, ludique, sociale et, éventuellement, commerciale à condition qu'elle soit dépaysante.

 

Sarkozy et le PS local s'enthousiasment

L'idée n'est pas à l'époque clairement définie, mais elle séduit. Nicolas Sarkoy s'en empare, l'intègre au Grand Paris et la booste. Auchan de son côté avance prudemment et visite des sites (Saclay, Orly, Massy, Versailles...) avant de choisir Gonesse. Didier Arnal, le président PS du Val d'Oise, Jean Pierre Blazy, le maire PS de Gonesse, et Didier Vaillant, président PS de la communauté d'agglomération, s'engagent derrière Auchan. 80 hectares de terre à trouver mais des investissements colossaux, 11 000 emplois pour la construction et autant pour le fonctionnement. Et tous appuient le souhait d'Auchan de voir le métro automatique de banlieue à banlieue, le fameux Grand Paris Express, s'arrêter à Gonesse. Mi-2011, c'est validé. De même semble avoir été validée à ce moment-là l'idée que l'EPA de Plaine de France achète les terres pour les revendre ensuite à Auchan.

 

On ne touche pas au blé de l'Ile de France !

«Mais nous on ne savait rien de tout cela, s'emballe Bernard Loup. Il a fallu attendre juin 2011, au détour d'un débat avec le directeur général de l'EPA Val d'Oise, pour qu'il nous lâche l'information. Il était d'ailleurs assez mal à l'aise et pas très convaincu de la qualité du projet». Hervé Dupont, le DG de l'EPA, a en effet été aussi prudent que l'est Jean Paul Huchon. Pour ce dernier, il y a deux problèmes différents. Le premier concerne l'urbanisation du triangle de Gonesse. Il ne devrait pas céder sur ce point. Le second concerne le projet lui-même d'Europa City. Contrairement aux élus socialistes du Val d'Oise, il semble moins emballé et il attend que le projet rentre dans les clous de la politique de l'Ile de France. En clair, une plus grande ambition culturelle.

Auchan travaille donc dans cette direction. Et a intérêt, car Bernard Loup a rencontré tous les groupes politiques et personne n'a apporté de soutien indéfectible à Europa City.

 

80 hectares en échange de 20 000 emplois

Ce que veut Bernard Loup ? Le maintien des terres agricoles, des 80 hectares de terres à blé que veut Auchan. Une surface finalement raisonnable comparée aux 220 hectares de terre agricoles perdus chaque jour en France et dont la quasi-totalité va à l'industrialisation. D'autant qu'Immochan assure qu'Europa City c'est 12 600 emplois directs créés durant la phase de construction et 6 300 emplois induits. Quant à l'exploitation du complexe, elle générerait 11 580 emplois directs. Ce qui induirait près de 6 000 emplois. Bernard Loup et son collectif s'apprêtent donc à mener une bataille sur l'emploi et à démontrer que ces emplois c'est pour une bonne part de « la poudre aux yeux » ! Il commencera sa campagne le 22 septembre, avant que le Conseil régional s'empare de la nouvelle mouture du SRIF.

 

Source : www.latribune.fr


15/05/2012

Auchan : les syndicats opposés à un plan visant à supprimer près de 1.700 postes.

Les syndicats d'Auchan se sont opposés au plan de transformation de l'entreprise (PTE), qui vise à supprimer plus de 1.700 emplois selon eux, n'empêchant cependant pas sa mise en oeuvre par la direction, a-t-on appris lundi auprès des syndicats.

"Auchan a été très fort dans sa communication en disant que l'entreprise ne supprimait pas de postes mais en créait grâce à des ouvertures prochaines de magasins, mais nous restons très inquiets pour l'emploi et avons comptabilisé plus de 1.700 postes touchés par le plan", a dit à l'AFP Pascal Saeyvoet, délégué syndical FO.

Le groupe de distribution avait annoncé fin mars la création de 1.600 postes nets d'ici 2014 à travers un plan (PTE), qui prévoyait la création de 3.200 postes environ via l'ouverture de 56 magasins, dont 50 Auchan Drive, mais aussi la suppression de 1.600 postes.

La procédure d'information-consultation du personnel, étape obligatoire, s'est clôturée jeudi lors d'un comité central d'entreprise par un avis défavorable des principales organisations syndicales (FO, CGT, CFDT et CFTC). Auchan reste toutefois libre de ses décisions de gestion.

Pour les syndicats, les suppressions toucheront 750 postes liés à la vente, 300 postes administratifs (service du personnel et comptabilité), 200 postes en lien avec les relations clients et 500 postes de services d'appui (standart, SAV, livraisons, logistique, entretien et maintenance informatique).

Dans un communiqué, la CFDT a dénoncé "des méthodes limites manipulatoires, avec des annonces fermes de créations de postes, notamment sur des ouvertures de sites hypothétiques" et une consultation "menée au pas de charge".

"Nous n'avons pas à commenter les positions des organisations syndicales", a indiqué à l'AFP un porte-parole du groupe qui précise que la direction "continue par ailleurs à discuter" avec elles.

Auchan, contrôlé par la famille Mulliez, emploie 50.000 personnes en France. Mi-mars, le groupe a annoncé un bénéfice net 2011 en hausse de 14,9% à 810 millions d'euros.

 

Source : www.boursorama.com


18/04/2012

Auchan lance sa propre banque en Russie

Surfant sur la solide consommation des ménages russes, le groupe Auchan cherche à centraliser ses flux financiers pour réaliser des économies d'échelle.


Auchan mène des négociations avec la banque centrale russe pour obtenir une licence avant cet été et démarrer l'activité bancaire en 2013, affirme ce matin le quotidien Kommersant. Le service de presse d’Auchan confirme que le groupe envisage cette option depuis plusieurs années, mais n’a pas pris pour l’instant de décision formelle ni ne mène de pourparlers avec le régulateur russe. Obtenir une licence permettra à la banque Accord, filiale à 100% d'Auchan, de fournir sans intermédiaire des crédits à ses clients et de contrôler tous les flux financiers de ses magasins.

 

La banque Accord  travaille depuis 2005 en Russie à travers BA Finans, une co-entreprise avec la banque russe Kredit Evropa Bank. Auchan propose aujourd’hui à ses clients des cartes de crédit Visa et Mastercard avec jusqu’à 50 jours de crédit gratuit. Les cartes sont délivrées immédiatement dans certains hypermarchés moscovites et la taille des crédits varie entre 80 et 4000 euros selon les contrats. Le pourcentage des achats réalisés avec crédit totalise environ 5% du chiffre d’affaires d’Auchan.

 

13,8% du chiffre d'affaires d'Auchan est réalisé en Russie

 

Les observateurs estiment qu’Auchan a atteint une taille critique lui permettant de réaliser des économies d’échelle importante dans ses activités financières. A ce jour, Auchan, qui célèbre cette année les 10 ans de son premier hypermarché russe, occupe la troisième position du marché de la grande distribution alimentaire local en terme de chiffre d’affaires. La chaîne compte 30 hypermarchés et 14 centres commerciaux « Auchan City ». Le groupe a aussi lancé en Russie les enseignes de supermarché « Atac », le discounter « Radouga » (sans caissiers) et le format « Auchan Drive ». Les enseignes de la famille Mulliez, Decathlon et Leroy Merlin sont également bien implantées, à Moscou comme en province. Très confiant dans un marché qui représentait 13,8% de ses ventes globales en 2010 (avec un chiffre d'affaires de 5,87 milliards d'euros), Auchan compte atteindre le chiffre de 150 magasins d’ici à 5 ans. Soit trois fois plus qu’aujourd’hui. Le marché russe reste « prioritaire » pour l’enseigne.

 

Le revenu moyen russe en constante progression

 

Les distributeurs restent confiants dans le marché russe, qui continue d'afficher une croissance, tranchant avec la stagnation européenne. Le revenu moyen des Russes a été multiplié par seize depuis douze ans, ce qui a provoqué un très rapide développement de la grande distribution. Parmi les enseignes étrangères de l’alimentaire, Auchan est le groupe étranger qui a le mieux réussi son coup, à l’inverse de Carrefour, qui a tenté deux entrées en 1998 et en 2008, mais s’est retiré à chaque fois. Wal-Mart et Tesco ne se sont jamais décidés. Le groupe allemand Metro connaît aussi un succès certain avec ses magasins Cash&Carry, au nombre de 63. Son chiffre d’affaires 2011 atteint 3,4 milliards d’euros. Autre facteur positif pour le pays : son entrée dans l’OMC, formalisée en décembre dernier, va à partir de cet été abaisser la taxe d’importation sur les produits d’alimentation de 10% à 7,8%.

 


09/04/2012

Le développement du "drive". Jusqu'où ?

Le Chronodrive en construction à Lambersart est-il de trop ?

 

 

En juin, un Chronodrive ouvrira ses portes à Lambersart, dans la métropole lilloise. Ce sera le cinquième « drive » implanté entre Marcq-en-Baroeul et Hallennes-lez-Haubourdin, deux communes distantes d'une quinzaine de kilomètres seulement. Un de trop ? Pas du tout ou pas vraiment répond-t-on du côté de Chronodrive, Auchan et Carrefour. 

 

1. Le contexte 

En 2004, ouvrait à Marcq-en-Baroeul, le premier « drive » de France. Un Chronodrive plus précisément qui permettait aux consommateurs de « faire leurs courses sans faire les courses ». Avec une idée simple : les clients passent commande par internet, paient à leur arrivée grâce à une borne automatique, se garent, attendent qu'on remplisse le coffre de leur voiture (le service est gratuit), repartent.

Huit ans plus tard, le magasin marcquois reste le plus gros Chronodrive de France mais le principe a fait des petits. Entre Marcq et Hallennes, on trouve actuellement quatre « drive » (deux Chronodrive, un Carrefour Drive à Lomme, un Auchan Drive dans la zone d'Englos-les-Géants). Sans compter le Chronodrive actuellement en construction à Lambersart qui va ouvrir ses portes en juin. Une véritable invasion de courses virtuelles : « La rocade nord-ouest est dans la Silicon Valley du drive ! », plaisante ainsi le directeur d'Auchan Drive. Avec un risque : celui d'affaiblir l'ensemble des magasins et de désorienter le consommateur.

2. Le raisonnement de Chronodrive

  Directeur régional de Chronodrive, Nicolas Choquet reconnaît que « c'est surprenant au premier abord ». Il précise même : « La métropole lilloise présente la plus forte concentration de "drive" en France. » « Pour le secteur qui se situe entre Marcq et Hallennes, on est, avec l'arrivée de celui de Lambersart, au maximum. Pour nous, cela risque d'être la dernière construction dans ce coin-là même s'il ne faut jamais dire jamais. »

Car, insiste le responsable, la demande est là : « Nos clients ont un parcours en voiture qui dure au maximum cinq minutes. Pour les Lambersartois, Marcq est trop loin, nous avons eu beaucoup de demandes. » Et Nicolas Choquet d'expliquer : « Fin 2011, nous avons dû ouvrir un Chronodrive à Wasquehal, à moins d'un kilomètre de celui de Croix car les clients ne traversaient pas la rocade. » Pas de risque d'engorgement donc.

3. Oui, mais...

 Sauf que, insiste Laurent Darras, directeur du Auchan Drive d'Englos (qui a les mêmes actionnaires que Chronodrive), l'arrivée d'un concurrent n'est « jamais accueillie avec grand plaisir ». « Mais cela ne m'inquiète pas non plus, nous avons nos particularités qui sont très appréciées des clients et nous sommes très bien implantés.

En plus, nous allons avoir avec le rond-point qui va être créé rue Imbert-de-la-Phalecque, un nouvel accès. Disons que je suis vigilant... » Même vocabulaire chez le directeur de Carrefour de Lomme, Philippe Robbe : « Nous sommes vigilants, c'est tout. Nos clients sont très attachés à la marque Carrefour, cette ouverture n'est donc pas une menace. Au pire, les Auchan se cannibaliseront entre eux » 

 

 


05/04/2012

Le dialogue renoué à Auchan Le Pontet... pour combien de temps ?

« On a l’impression d’avoir retrouvé un Patron »


Le mano à mano qui opposait le principal syndicat du magasin FO, notamment sur les salaires, les conditions de travail et de sécurité, et l’ancien directeur d’Auchan-Avigon-nord Guy Delage semble avoir été à la faveur du premier.


La nomination d’un nouveau directeur en janvier dernier, Francis Ciesiolka, ancien directeur d’Auchan Saint-Etienne-Villars et le dialogue qui a été restauré depuis, laissent présager d’une meilleure coordination et d’une salutaire coopération syndicats-employés-direction à en croire le principal syndicat (FO) du magasin.


« Patron » c’est le mot qui avait disparu avec l’ancien directeur Gérard Bart, très apprécié et respecté par l’ensemble des employés d’Auchan ; «… il connaissait par cœur le prénom des enfants de ses employés ! » nous confient certains employés du magasin et aussi étonnant que cela puisse paraître, certains évoquent cette qualité avec nostalgie, le temps où le Patron était patriarcal et proche de ses employés.


Un « Patron » c’est ce qui manquait au «  Paquebot », après le jeu de chaises musicales des « directeurs » ; la direction régionale semble cette fois-ci avoir pris la mesure du malaise après une succession d’accidents de travail, notamment au drive et un procès qui s’annonce délicat pour la direction sur une somme qui avoisinerait le million d’euros et qu’en toute vraisemblance Auchan devrait au CE.


La « sécurité des biens » et des personne !


D’autre part, Francis Ciesiolka est un des rares, en haut de l’échelle à avoir pris en compte le rapport « technologia », ce dont se félicite Stéphane Castaldi de FO. « Technologia » est ce rapport initié au départ par l’ancien médecin du travail du magasin validé par le CE (Comité d’Entreprise) et qui pointe les disfonctionnements dans l’organisation du travail et la sécurité des « biens et des personnes ».


La sécurité est l’autre volet sur lequel le nouveau directeur devra se pencher. Une plainte au pénal aurait été déposée par la jeune étudiante de 22 ans grièvement blessée l’été dernier en manipulant une commande.

Fort de plus de 800 employés et avec une surface de 17 800 mètres carré ; les incidents ne sont donc pas un fait isolé. Le dernier accident en date remonte à une quinzaine de jours où le manque de place… toujours au Drive, est à l’origine de ce nouvel incident.

D’ailleurs les cadences infernales, le confinement des produits et leur manipulation sont devenus un véritable enjeu pour la sécurité des 75 employés du site, ce que dénonce FO dans une vidéo.

Et bien qu’étant une entité détachée, le site du « Drive » rempli à lui seul 50% à 60% du carnet de commande Auchan, une manne que le magasin ne saurait négliger…pour autant que les conditions de sécurité et de travail des employés ne soient pas oublier !

 

Source : www.infoavignon.com

Retrouvez l'intégralité du rapport Technologia en cliquant ICI

(Espace membres).


15/02/2012

Article de presse suite à la mobilisation sur le magasin du Pontet

Télécharger
La souffrance chez Auchan
Hebdo FO N° 3015 La souffrance chez Auch
Document Adobe Acrobat 1.6 MB